Soutien psychologique

Objectifs

Le soutien psychologique  - pourquoi est-ce si important ?

Le diagnostic du cancer et son traitement changent la vie brutalement. Planifier sa vie prend soudain une toute autre tournure et de nouveaux défis surgissent. Si les traitements tels que la radiothérapie, la chirurgie ou les médicaments anticancéreux sollicitent beaucoup la résistance du corps, les défis psychologiques sont également considérables. Les atteintes physiques, les phases d’épuisement et les angoisses sont souvent très lourdes à porter. La confiance que l’on accordait à son corps peut vaciller, la vie de couple et la vie sociale sont mises à l’épreuve. Tout cela peut affecter la qualité de vie. Et cette situation peut survenir avant même tout traitement, alors que le cancer vient d’être diagnostiqué et que les patients ne font que se rendre à des examens réguliers.1–3

Par conséquent, ces bouleversements doivent être pris en compte dès la mise au point du traitement. Avoir des entretiens thérapeutiques avec des personnels formés peut contribuer à réduire la dépressivité et les angoisses tout en renforçant la confiance en soi. Recherchez l’échange avec votre équipe soignante et demandez quels spécialistes conviendraient le mieux à votre situation. Cela sera bon pour votre qualité de vie. Outre les approches telles que le training autogène ou les exercices de relaxation, les entretiens en consultation peuvent également aider à surmonter les problèmes personnels. Grâce au biofeedback, il est possible de mesurer en temps réel le niveau de stress et l’effet de la relaxation (voir chapitre « Créer son espace »).

Signaux d'alarme

qui doivent vous inciter à chercher très vite de l'aide :

Angoisses

Agitation intérieure et insomnies

Manque d'entrain massif

Idées suicidaires

Il faut le savoir :

Toutes les recherches montrent que les facteurs psychologiques n’ont aucune influence sur le développement du cancer.

Il n’existe en aucun cas une « personnalité à cancer »!

Psycho-oncologie : soigner l'âme

La réadaptation en milieu hospitalier permet d’apporter un soutien psycho-oncologique précoce en cas de cancer de la prostate lorsque les patients le souhaitent. Cette possibilité est rarement offerte en ambulatoire du fait du manque d’effectifs et des longues durées d‘attente. Des réactions de stress post-traumatiques peuvent résulter du choc du diagnostic et du stress du traitement. Ces situations angoissantes restent souvent gravées dans la mémoire et réémergent régulièrement à la conscience. Ces réactions sont relativement fréquentes chez les malades du cancer. Lorsqu’elles sont identifiées, elles peuvent être traitées en quelques séances avec l’aide d’un thérapeute spécialement formé (psycho-traumatologue).4

Résultats d'études

Un homme sur 10

Lorsqu’ils sont atteints d’un cancer, les hommes sont aussi nombreux que les femmes à souffrir d’une dépression. Cette dépression doit être traitée afin de soutenir le mieux possible l’organisme dans sa lutte contre le cancer.5  On peut déplorer pourtant que seul un homme sur dix demande une aide psychologique lorsqu’il est atteint de cancer – nettement moins que les femmes.6

>20.000 patients

Dans une analyse de près de 200 études ayant inclus un total de plus de 20’000 patients atteints de cancer, il a été confirmé que les méthodes utilisées en psycho-oncologie réduisent la charge émotionnelle, les angoisses et la dépression, et améliorent aussi la qualité de vie .1

Vous trouverez de l'aide ici

Ligue contre le cancer :

www.liguecancer.ch
Ligne InfoCancer : 0800 11 88 11
Lundi - vendredi : 9h à 19h

Pour connaître les groupes d'entraide près de chez vous, renseignez-vous auprès des organisations suivantes :

Info-Entraide Suisse
www.selbsthilfeschweiz.ch

Ligue contre le cancer
www.liguecancer.ch
Vous pouvez également contacter des ligues cantonales.

Organisation européenne de malades du cancer de la prostate :

Europa-Uomo Suisse :
www.europa-uomo.ch (en allemand)

Vous trouverez des infos ici

Brochure de la Ligue contre le cancer :

boutique.liguecancer.ch

Brochure de la Deutsche Krebshilfe (en allemand) :

www.krebshilfe.de

Créer son espace

Ne pas perdre le contact avec soi-même

En savoir plus

Couple et amis

Une ressource essentielle pour surmonter le cancer de la prostate

En savoir plus

Assistance sociale

De l'aide concernant votre situation professionnelle et financière

En savoir plus

Références

  • Faller H et al.: Effects of psycho-oncologic interventions on emotional distress and quality of life in adult patients with cancer: systematic review and meta-analysis. J Clin Oncol 2013;31(6):782 – 793. doi:10.1200/JCO.2011.40.8922
  • Venderbos LD et al.: A longitudinal study on the impact of active surveillance for prostate cancer on anxiety and distress levels. Psychooncology 2015;24(3):348 – 354. doi:10.1002/pon.3657
  • Mols F et al.: Depressive symptoms are a risk factor for all-cause mortality: results from a prospective population-based study among 3,080 cancer survivors from the PROFILES registry. J Cancer Surviv 2013;7(3):484 – 492. doi:10.1007/s11764-013-0286-6
  • Bill-Axelson A et al.: Psychiatric treatment in men with prostate cancer-results from a Nation-wide, population-based cohort study from PCBaSe Sweden. Eur J Cancer 2011;47(14):2195 – 2201. doi:10.1016/j.ejca.2011.04.022
  • Korfage IJ et al.: Anxiety and depression after prostate cancer diagnosis and treatment: 5-year follow-up. Br J Cancer 2006;94(8):1093 – 1098. doi:10.1038/sj.bjc.6603057
  • Merckaert I et al.: Cancer patients‘ desire for psychological support: prevalence and implications for screening patients‘ psychological needs. Psychooncology 2010;19(2):141 – 149. doi:10.1002/pon.1568